Comprendre et atténuer le SPM

Dernière mise à jour : févr. 15

Il y a une période juste avant les règles ou beaucoup de Femmes ressentent des changements physiologiques (poitrine gonflée, faim exacerbée, ...) ou émotionnels (sensibilité, irritabilité, ...) perçus comme désagréables, mais souvent acceptés comme normaux. D’ailleurs, que celles qui ne sont jamais entendu dire « t’es chiante, t’as tes règles ou quoi ? » lèvent le doigt ! 🙋‍♀️



Et bien ce phénomène désagréable a un nom : le Syndrôme Pré-Menstruel (ou SPM pour les intimes). La bonne nouvelle, c'est que lorsque nous mettons un nom sur quelque chose, cela veut dire que nous pouvons le qualifier et le comprendre. Et en Naturopathie, on a même cherché à trouver son origine ! Et les résultats sont parfois étonnants...

~

Pour ma part, après l’arrêt de ma pilule, le SPM a pointé le bout de son nez de diverses manières : sensibilité accrue au niveau de la poitrine, fringales de sucre, mais aussi beaucoup (BEAUCOUP) de remises en question pour lesquelles j’avais du mal à prendre de la distance. C’est en trouvant des solutions pour mon endométriose que j’ai réussi à m’apaiser et à vivre plus sereinement cette phase.

~

Après avoir défini ce qu’il y avait derrière cet acronyme un peu barbare, j’avais envie de vous partager un des chevaux de bataille des Naturopathes : les causes ! Oui parce que soulager un maux en atténuant ses symptômes c’est bien, mais déraciner ce qui l’a créé, c’est mieux pour ne pas qu’il repousse ! 🌱

~

Lorsque SPM il y a, c’est généralement que l’équilibre de nos hormones est un peu chamboulé. Et ce dérèglement peut avoir plusieurs sources :

💥 Le stress, qui entraîne un trop haut niveau de cortisol et d’adrénaline et vient dérégler notre orchestration hormonale.

💥 Le sucre, qui provoque une production rapide d’insuline et entraîne une chute d’hormone. Mais il n’est pas le seul criminel, toute notre alimentation peut avoir un impact sur notre régulation !

💥 Les toxiques, et particulièrement les xeno-œstrogènes (plastique, produits nettoyants, maquillage, etc.) qui perturbent notre système hormonal et ses récepteurs.

💥 La méconnaissance et la vision négative de notre féminité, qui peut avoir un impact sur notre vécu et notre corps, parfois messager fortuit de notre inconscient.

~

Au delà des agents perturbateurs de nos hormones, il ne faut pas négliger l’importance de notre foie et de nos intestins dans la gestion hormonale de notre corps. Car c’est eux qui sont en charge de leur traitement et élimination ! Entre autres multitudes de toxines... C’est pourquoi parfois l’épuisement les guette ! Et que les surcharges peuvent apparaître 🤯

~

Le problème peut aussi se trouver dans la sécrétion de nos hormones ovariennes. Les symptômes apparaissant la plupart du temps entre l’ovulation et le moment des règles, on pense alors souvent à la progestérone. Mais il semblerait que cela soit un raccourci simpliste ! C'est alors seulement en analysant et comprenant mieux notre cycle que nous pouvons mieux agir sur l'origine du déséquilibre.

~

Enfin, selon certaines études, une carence en Magnésium pourrait aussi être aussi une des causes du SPM. En tout cas, sa supplémentation permet souvent d’apaiser certains symptômes. Quid alors de l’œuf ou la poule ?

~

Voilà quelques pistes pour vous aider à déterminer les potentielles origines de vos maux. Mais comment agir ensuite sur celles-ci ? Du côté de l'alimentation, limiter les aliments pro-inflammatoires (type sucres simples et complexes, graisses saturées, viandes rouges, etc.) permettra d'atténuer les douleurs. Aussi, afin de ne pas favoriser un déséquilibre hormonal, essayer de supprimer les aliments œstrogènes-like (produits laitiers, eau du robinet, etc.) et les phytoœstrogènes type soja.

~

Côté supplémentation, le Magnésium, et notamment l'ATA Mag pour lequel de nombreuses études ont été effectuées concernant son efficacité sur les maux de la Femme, est un bon allié pour agir de manière globale. Couplé à de la vitamine B6, son absorption sera d'autant plus augmentée ! Pour leur rôle dans la gestion de l'inflammation, les omégas 3 (souvent issus d'huile de poisson) et 6 (huile d'onagre et bourrache) sont utiles en cure. Il est aussi possible de soutenir cette supplémentation en mangeant des graines en fonction du cycle : lin et courge avant ovulation, tournesol et sésame après ovulation.

~

Le foie étant le grand nettoyeur de nos hormones, il est aussi important de le soutenir dans son action grâce à des plantes type Chardon Marie, Radis Noir, Artichaut ou Desmodium 🌿. Une cure de 3 semaines minimum, avec des plantes et une posologie choisies grâce à l'aide de votre Naturopathe (chacune a ses spécificités et nous n'avons pas toutes les mêmes besoins !) l'aidera dans ce sens. Attention à vous faire accompagner dans cette démarche car une cure du foie n'est pas anodine : elle permet de remettre en circulation les "déchets" accumulés, mais encore faut-il avoir les capacités de les éliminer !

~

Il est aussi possible de compenser le surplus oestrogénique en apportant de la progestérone : on ne baisse jamais les œstrogènes, mais l'apport de progestérone permettra de les équilibrer. Les plantes type Gattilier ou Alchémille aideront dans cette démarche. Comme pour une cure du foie, n'hésitez pas à vous adresser à un professionnel qualifié pour vous aiguiller dans votre complémentation. L'observation de vos cycles et la détermination du moment de votre ovulation permettra d'être plus précis dans les recommandations de prise.

~

Je ne le dirais jamais assez, le cycle féminin est un outil merveilleux de connaissance de soi et d'aide dans la repossession de sa santé ! Sa compréhension permet de se reconnecter à notre puissance créatrice, tirer partie de chaque phase (menstruelle, folliculaire, ovulatoire et lutéale) et agir en conscience et bienveillance sur ce qui l'affecte. C'est pourquoi j'ai décidé d'en faire un de mes chevaux de bataille ! Si vous souhaiter arrêter de le voir comme un ennemi et renouer avec votre souveraineté féminine, n'hésitez pas à me contacter pour un accompagnement.

~

Le stress étant aussi un facteur inflammatoire et oxydatif, il est important d'apprendre à se détendre. La respiration ventrale ou la méditation sont deux puissants outils p